Lauréat du Prix Nobel de physique en 1997, le professeur Claude Cohen Tannoudji présente à Singapour le procédé de refroidissement et de capture d’atomes par faisceaux laser

Né en 1933 à Constantine, chercheur à l’Ecole Normale Supérieure de Paris, et enseignant au Collège de France de 1973 à 2004, le brillant parcours de Claude Cohen Tannoudji a été récompensé en 1997 par un prix Nobel de physique pour ses recherches sur le refroidissement et la capture d’atomes par laser avec Steven Chu et William D. Phillips.

JPEG

En présentant ses travaux à travers une première conférence publique organisée au NTU CCE Auditorium le mardi 20 juillet 2010 et une seconde présentation auprès des étudiants de Raffles Institution le jeudi 22 juillet, le Professeur Claude Cohen Tannoudji aura séduit les amateurs comme les passionnés de physique. En débutant mardi 20 Juillet 2010 avec une conférence intitulée : Light, Matter and Cosmos, le professeur Cohen Tannoudji démontre que la lumière émise ou absorbée par les atomes n’est pas uniquement considérée comme un moyen d’informations sur les atomes, permettant de comprendre leur structure et d’identifier leurs présences dans divers types de milieux, mais aussi comme un outil pour agir sur les atomes et pour manipuler leurs divers degrés de liberté. L’utilisation des lois de conservation dans les interactions atome-photon permet en effet de contrôler au moyen de faisceaux laser la polarisation, la vitesse et la position d’un atome neutre et de le refroidir à des températures très basses.
Les températures extrêmes obtenues par le refroidissement optique d’atomes isolés, permet d’envisager des applications de précision comme celle d’une horloge atomique utilisant des atomes de césium 133 piégés optiquement, qui permet d’augmenter la précision déjà remarquable des horloges atomiques actuelles (la seconde est définie à une précision de 10—13). La précision est si puissante qu’un décalage inférieur à une seconde ne sera remarquable que 300 millions d’années plus tard.

JPEG

La synchronisation des données avec internet, le GPS, sont autant d’applications bénéficiant des résultats de recherche sur les atomes ultrafroids. D’autres pistes telles que des tests de théories fondamentales établissant la corrélation de la gravité sur la précision s’appuient aussi sur les résultantes de ses recherches.
Outre la présentation de ses intérêts scientifiques, le Professeur Cohen Tannoudji a aussi présenté son parcours scolaire auprès du public de la Raffles Institution le jeudi 22 juillet. Cette conférence a conquis une audience de lycéens désireux d’entamer une carrière scientifique. Sensibles aux questions des jeunes singapouriens, le professeur Claude Cohen Tannoudji a su les écouter mais aussi les conseiller, communicant sa passion pour la recherche mais vantant aussi le prestige des institutions françaises de Recherche et d’Enseignement Supérieur.

Dernière modification : 26/07/2010

Haut de page