Le cinéma

Dans un contexte très compétitif où les films américains occupent 90% des écrans, le cinéma français reste le cinéma européen le plus montré, avec une soixantaine de films par an.

Une dizaine de sorties commerciales qui réalisent 140.000 entrées en moyenne donnent l’occasion d’organiser avec Unifrance des avant-premières en présence des artistes : Nicolas Cuche pour « Deuxième chance » en 2012, Julien Leclercq et Mélanie Bernier pour « L’Assaut », Fabrice Gobert et Ana Girardot pour « Simon Werner a disparu » en 2011, Radu Mihaleanu pour « Le Concert », Jan Kounen pour « Coco et Igor » en 2010 etc

Le « Société Générale Rendez-vous with French Cinema », festival et marché régional organisé par l’Institut français, l’Alliance française et Unifrance en partenariat avec l’Asia Television Forum, est la principale plateforme de visibilité des nouveaux films français. Il a succédé en 2011 au « French Film Festival », le plus ancien festival de film de Singapour, créé par l’Alliance française en 1986. La première édition qui a eu lieu du 3 au 7 décembre 2011, a programmé une vingtaine de films, en présence d’une délégation de douze artistes et professionnels menée par Carole Bouquet. Le festival a rassemblé 5.500 spectateurs en cinq jours. En parallèle, les exportateurs français rencontraient les acheteurs de la région sur les stands d’Unifrance et de TVFI.

Les autres films, récents ou de patrimoine, sont programmés dans la salle de l’Alliance française (un film par semaine), les festivals (Singapore International Film Festival, European Film Festival, Experimental Film Festival, Singapore Fashion Film Festival, Perspective Film Festival etc) et la cinémathèque du National Museum. Cette dernière collabore régulièrement avec l’Institut français Singapour pour la projection de « classiques » comme « Shoah », (en présence de Claude Lanzmann) en 2010, « Ciné Mélies » en 2011 et la copie restaurée des « Enfants du Paradis » en 2012 – présentée par la Présidente de la Fondation Pathé-Jérôme Seydoux, Madame Sophie Seydoux.

La cinémathèque a commencé à travailler sur des projets spécifiques avec des partenaires français, comme la création en 2011 de la rétrospective originale « Asia through French eyes » collaboration avec l’Institut français et l’INA. Au total, la diffusion non-commerciale du film français, avec 6000 entrées en moyenne, assure une présence non négligeable.

Dernière modification : 09/10/2012

Haut de page